Encyclopedia of Language and Literacy Development
RSS feed
 Auteurs   Section Rédacteurs   Entrées (A-Z)   English 
Messages principaux
Chercher par matière:  Langue orale | Acquisition des habiletés de la lecture et de l’écriture | Développement de la numératie | L'impact de l'alphabétisation | Tous

Liste de tous les messages principaux:
Processus sous-jacents au développement du langage
La plupart des enfants apprennent à parler sans que l’on ait à leur enseigner à le faire. Bien que plusieurs théories décrivent ce processus, la plupart sont d’accord pour dire que le développement du langage est extrêmement prévisible et est influencé par cinq facteurs clés :
  1. Social – la capacité de l’enfant à reconnaître ce à quoi son interlocuteur fait référence, et un environnement riche en langage aura une influence positive sur l’apprentissage du langage chez l’enfant;
  2. Perceptuel – la perception de l’enfant est essentielle; p. ex., la perception auditive entre les âges de 6 et de 12 mois permet de prédire la taille du vocabulaire à 23 mois;
  3. Traitement cognitif – l’enfant qui est exposé fréquemment au langage apprendra plus rapidement que l’enfant qui y est exposé moins fréquemment;
  4. Conceptuel – la capacité de l’enfant à associer des mots aux concepts est liée à son âge mental et à sa connaissance des mots; et
  5. Linguistique – le vocabulaire actuel d’un enfant influence son nouvel apprentissage (p. ex., les bambins comprennent généralement qu’un nouveau mot fait référence à l’objet qu’ils ne connaissent pas).
 Lisez le plein message...
Le développement du langage en anglais
Bien qu’il existe des différences relatives à la vitesse de l’apprentissage de la langue, la plupart des enfants apprennent à parler l’anglais dans cet ordre :
  1. Babillage (c.-à-d. combiner des consonnes et des voyelles, comme dans « baba »; entre 7 et 10 mois)
  2. Communication intentionnelle (c.-à-d. avoir recours au regard, aux gestes et au babillage pour communiquer, 8 mois)
  3. Premiers mots (90 % disent leur premier mot avant d’avoir 14 mois)
  4. Combinaisons courtes de mots (c.-à-d., combinaisons de 2 ou 3 mots, comme « Mummy up » ou « More juice please », entre 16 et 30 mois)
  5. Inflexions des noms et des verbes (c.-à-d. utilisation de « s » pour indiquer le pluriel dans « cat-s » ou de « ed » dans « play-ed » pour indiquer le passé, entre 16 et 30 mois)
  6. Phrases complexes (p. ex., parmi les premières phrases complexes, on trouve les phrases comptant plusieurs parties liées par and, because, so, when et if; entre 28 et 45 mois)
  7. Inclure l’auditeur dans une conversation (c.-à-d. alternance, entre 36 et 72 mois)
  8. Raconter de simples histoires basées sur des actions (les aptitudes de narration permettent de prédire le développement ultérieur du langage, la compréhension de la lecture et d’autres aspects de la réussite scolaire, entre 6 et 7 ans) 
Les parents, les enseignants et les professionnels de la santé peuvent avoir recours à cette information pour vérifier les progrès d’un enfant dont ils s’occupent. Lisez le plein message...
Troubles de la parole et du langage
La communication commence dès les premiers jours de la vie et se divise en trois périodes :
  1. De la naissance à 6 mois (les bébés communiquent de façon non intentionnelle grâce à leurs pleurs, leurs regards, leurs vocalisations et leurs premiers gestes);
  2. De 6 mois à 18 mois (les bébés commencent à communiquer de façon intentionnelle, p. ex., ils montrent un objet du doigt pour attirer l’attention visuelle des adultes pour celui-ci);
  3. À partir de 18 mois (les enfants utilisent le langage comme principal moyen d’apprendre et de communiquer).
La plupart des jeunes enfants acquièrent le langage et la parole de façon naturelle, mais certains d’entre eux éprouvent des difficultés à apprendre à comprendre le langage et à l’utiliser. Lisez le plein message...
Troubles spécifiques du langage
Les enfants atteints de troubles spécifiques du langage (TSL) éprouvent des problèmes importants à apprendre à parler, en dépit du fait qu’ils se développent normalement sur tous les autres aspects. Ces enfants n’ont ni troubles auditifs, ni handicap physique qui pourraient expliquer leurs retards. En fait, un enfant ne peut pas recevoir un diagnostic de TSL s’il n’obtient pas des résultats dans la plage normale pour le QI non verbal. Les enfants atteints de TSL ont une grammaire et un vocabulaire inadéquats, par rapport à une mauvaise articulation ou au bégaiement (troubles de la parole). Un enfant typique de 7 ou 8 ans atteint de TSL peut s’exprimer comme un enfant de 3 ans (p. ex., « moi aimer gâteau » plutôt que « j’aime le gâteau »). Environ 7 % des enfants sont atteints de TSL, et le degré de leur affliction varie considérablement. Le développement des TSL est fortement influencé par l’hérédité; toutefois, les facteurs environnementaux peuvent également avoir un effet. Lisez le plein message...
Les troubles phonologiques
Les enfants atteints de troubles phonologiques représentent 91 % des cas d’orthophonie en milieu scolaire. Environ 16 % de tous les enfants de 3 ans et 3,8 % des enfants de 6 ans présentent des retards du langage. Les enfants qui sont difficiles à comprendre lorsqu’ils ont 5 ans et 6 mois sont susceptibles d’éprouver des difficultés en matière de langage, de lecture et d’écriture, et entre 50 et 70 % d’entre eux éprouveront des difficultés scolaires jusqu’en 12e année. Une évaluation et une intervention précoces par un orthophoniste sont donc la clé de la réussite pour un enfant atteint de troubles phonologiques. Lisez le plein message...